chanin

Toussaint 2003

Comme chaque année, le dernier rendez vous de l’année avec la Montagne: il faut monter au chalet pour bien tout fermer avant l’hiver.

Cette fois, le temps n’était pas vraiment engageant, gris, neige, pas gai.

Mais bon, une petite éclaircie, et hop, on y va, et là c’est beau.

Certes, le chalet semble encore bien loin, même après une heure de marche… (il est dans le petit rond sur la crête)

et effectivement, nous n’arriverons qu’à la nuit.

Mais auparavant, au coucher du soleil, une jolie mer de nuage se développe dans les vallées, privilège des courageux: être les seuls avec beau temps…

Il fait moins de zéro dans le chalet, alors vite du feu dans le poêle… et la température pourra monter à presque 12 degrés. C’est bien… Mais la nuit le feu s’éteint, et la température re-descend à moins de zéro. Et pendant tout ce temps, on se rend compte que ce n’est pas si facile de vivre quand toute l’eau existante dans la maison est sous forme de glace… Comment fait-on quand on a soif?

Mais le séjour sera merveileux, tous ceux qui nous ont emprunté le chalet en automne, dont les chasseurs locaux ont tout laissé impeccable… tant mieux.

   

En prime: le premier film de l’histoire tourné en Chanin (merveilles des appareils numériques).

Si vous avez une bonne connection, allez voir, (9Mo quand même !) en cliquant sur l’image ci dessous

Et voilà… à bientôt

Septembre 2003

Allez voir les dernières photos de Chanin et des environs avec de magnifiques panoramas, prises par notre ami Michel Caplain lors d’une mission géologique le 21 septembre qui l’a fait coucher au Chalet.
(c’est sur son site à lui: http://geo.hmg.inpg.fr/caplain/aviation/jpegs/030921/)

Juillet 2003

Ça y est, enfin nous allons pouvoir profiter un peu de notre joli chalet…

Mais en bas au village, il y a encore du travail pour réparer une vieille "chambre" pour Marc, afin qu’il puisse être un peu à l’abri des enfants qui deviennent envahissants…

Mais, même d’en bas, on peut toujours admirer Chanin dans la grandeur de son alpage de solitude:

(C’est le petit point blanc en peu à gauche et plus haut que le centre de la photo, sur son arête d’herbe)

Anselme, mon aîné (à moi Louis) qui a 6 ans a décidé qu’il monterait cette année à Chanin… (J’ai toujours dit aux enfants qu’ils iraient le jour où ils seraient capables d’y aller par eux-mêmes…)

Alors on commence par une promenade-test vers l’Ouillon… parce que de là-bas on voit bien Chanin, et même avec sa grande voisine adorée: La Meije…

L’expérience étant concluante… un beau matin… en route… et trois heures plus tard, c’est réussi, sans problème:

Mais bon, on peut quand-même se reposer un peu dans la cuisine…

         

Là, on voit le buffet construit par Marc avec des bois de récupération, fait entièrement à la main et au chalet. Même les charnières sont faites avec des morceaux de tôle de toit et un clou…


Et là, joie d’aller chercher l’eau à la Source, de voir des marmottes (les chamois se montreront une autre fois), et de dormir dans le foin avec une marmotte qui avait élu domicile à un mètre de nous sur une poutre, et les chevreuils qui sont venus aboyer la nuit devant la maison…

Et le lendemain, après un dernier adieu aux Aiguilles d’Arves, il faudra redescendre…

Et rendre le chalet à sa montagne:


Mais on reviendra plusieurs fois, bien sûr…

Et d’abord, une autre montée événement: Quand nous sommes tout seuls et pas trop chargés, Marc et moi (Louis) faisons la première partie du chemin en moto, il ne nous reste alors plus que 600 mètres de dénivelée à faire à pied. Là, nous avons décidé de tenter de monter jusqu’au chalet avec les trials… (La trial dans les chemins c’est interdit, mais là, privilège des propriétaires, il y a une tolérance).

Et nous avons réussi…

         

Mais il ne faut pas croire que ce soit une solution de facilité… en fait le chemin est très très difficile, et nous sommes arrivés plus épuisés encore que si nous étions montés à pied… et nous avons même mis plus longtemps! C’est pour le sport et la prouesse…

Et là encore bon séjour… d’autant qu’avec cette canicule qui règne en bas, il est formidable d’avoir une maison naturellement climatisée (il faut dire qu’à 2200m d’altitude, il fait à peu près 15 degrés de moins qu’en plain)

Et puis Anselme (6 ans) n’aura pas été dégoûté, il voudra remonter… et cette fois avec sa maman (que l’on voit ici en chemin)

Et voilà alors une partie de la famille réunie:

(On voit sur la photo la croix qui est sur une poutre du chalet et que selon la tradition des anciens il faut fleurir dès que l’on arrive, avant toute chose…)

Du chalet, on voit même notre village tout en bas (là juste à droite de la pointe du toit).

Si vous ne voyez pas bien, voici la même chose vue de Chanin avec les jumelles


(Notre maison est celle qui est tout en haut à droite)

A bientôt…






Aiguilles du matin

 Aiguilles du soir

Laisser un commentaire