chanin

septembre 2012

Petite escapade à Chanin pour se remettre en forme après le boulot du mois d’août et de la rentrée.

Les motos trial permettent de monter sans difficultés à la moitié du chemin, laissant la partie la plus belle à faire à pieds.

Motos trial en montagne

Ce qui n’empêche pas de répondre à un petit mail en passant (pour le travail) ou un petit sms pour partager un joli moment avec la famille.

Répondre à un mail en montagne

Et d’admirer la vue en montant

admirer la vue

Vite encouragé par le chalet en ligne de mire

chemin en montagne

Ou par un joli petit coup d’œil sur les Aiguilles, presque jamais photographiées depuis Chanin ?

Aiguilles d’Arves et nuages

Ou une petite fleur (les seules qui restent en cette saisons sont de jolies fleurs sèches)

Fleurs des Alpes

On est arrivé. Le sapin a l’air en forme

Chalet d’alpage

Ouverture

ouvertures vers la lumière

vue vers la vallée

chalet d'alpage

Essai de protection du sapin, souvent brouté par les chamois à la fin de l’hiver.

Louis et Marc Pernot

2 Réponses à “septembre 2012”

  1. Lise C. dit :

    Bonsoir, je suis arrivée sur votre site grâce à un email de mon père et bien que généralement peu intéressée par ses conseils de lecture, j’ai décidé de m’y attarder.
    J’ai été touchée par le récit de la reconstruction de votre chalet et les photos récentes sont splendides. Bravo pour votre persévérance et pour la qualité de votre travail !

    Lise, fille d’un bricoleur invétéré et lui-même responsable de la remise en état d’une bien belle maison à Albiez le Jeune, dans laquelle nous vivons à l’année.

  2. Charron Jean-Marie dit :

    Je suis le « bricoleur invétéré (et non invertébré) quoique, comme tout bricoleur qui se respecte, j’aimerais quelquefois ne ps avoir à sentir ces douleurs qui courent le long de la dite colonne, vous avez dû en savoir quelque chose.

    Votre épopée m’époustoufle, tant par son résultat que par l’obstination qu’elle a exigée de vous. Chapeau !

    Il n’est pas de semaine, je n’ose pas dire de jours, où campé sur la galerie qui court le long de la maison (très ancienne elle-aussi) je ne cherche des yeux, voire à la jumelle, la légère excroissance, signe d’une vie que je guette depuis 90. A présent graâce à vous, j’en connais toute le densité.
    Albiez le jeune.

Laisser un commentaire